Communales en Guinée : la date du 4 février 2018 sera-t-elle la bonne ?

Sous la pression de l’opposition guinéenne, la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) a fini par fixer la date des élections locales et communales au 4 février 2018. Le problème ici ne se situe pas à la fixation de la date mais du respect et de la tenue réelle de ces élections. Car, l’on se rappelle que cette même CENI avait fixé la date en Février 2017 pour la tenue de ces mêmes élections sans pour autant la respecter. Espérons bien que pour cette fois ci, elle tienne parole. Sinon qu’on serait dans un cycle éternel de report de dates, ce qui conduirait sans doute à plus de manifestations de rues par l’opposition guinéenne.

Notons qu’il est vrai que la CENI a connu une longue crise ayant entrainé la destitution de son ancien président, Bakary Fofana, remplacé aujourd’hui par Me Salifou Kébé. En réalité, il faut souligner que cela fait plus de 10 ans, c’est à dire depuis 2005, que la Guinée n’a pas connu délections locales et municipales. Incroyable mais vrai, la Guinée est incapable d’organiser ses élections locales durant 12 ans. Honteux pour la CENI qui n’arrive pas à honorer ses engagements. 

De report en report, la CENI  a fini par fixer la date du 4 février 2018 et les guinéens espèrent que celle-ci sera la bonne. A cette date,  ils  pensent pouvoir élire leurs dirigeants.

D’après un opposant, le mandat des maires est échu depuis 6 ans, tandis que les conseils de districts et de quartiers, eux,  n’ont pas été renouvelés depuis les années « 80 ».

La question que bon nombre de guinéens se pose, est de savoir si la date du 4 février 2018 sera respectée ?  Attendons donc de voir.

 

                                                                                                         La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
20 ⁄ 10 =