Interdiction de manifester en Guinée : Cellou Dalein Diallo parle de violation de la constitution guinéenne et persiste à poursuivre les manifestations…

L’opposition républicaine a tenu une conférence de presse ce mardi 11 décembre 2018 à Conakry pour dit-elle mettre les choses au clair.

Le Chef de file de l’opposition, El Hadj Cellou Dalein Diallo, s’est aussitôt déchargé tout en accusant la mouvance d’être responsable de la pagaille  dans le pays. Il affirme qu’après l’élection présidentielle de 2010, le président Alpha Condé a refusé d’organiser immédiatement les élections législatives malgré l’appui des partenaires techniques et financiers.

« L’opposition a toujours voulu respecter la loi, c’est le pouvoir en place qui avait dit qu’il ne pouvait pas appliquer l’ancien code électoral et  qu’il avait prévu d’organiser les élections législatives juste après l’élection présidentielle. Ainsi, il y a eu plusieurs manifestations pour faire fléchir le pouvoir. C’est de là le dialogue est créé,  à cause de son refus d’organiser les élections. Ce n’est pas l’opposition qui doit privilégier le dialogue mais on l’accepte malgré nous parce qu’on veut la paix », martèle le président de l’UFDG.

Poursuivant son intervention, El Hadj Cellou Dalein est revenu sur la suspension des marches en Guinée par le premier ministre Kassory Fofana. Sur cette question, Dalein persiste que l’opposition n’abdiquera pas, qu’elle manifestera toujours pour protester contre la mauvaise gouvernance car les manifestations sont bien autorisées par la constitution guinéenne.

 A cet effet, Cellou Dalein a laissé entendre que l’opposition devrait traduire en justice le chef du gouvernement Kassory pour avoir interdit les manifestations en République de Guinée.

                                                                            Ibrahima Soya Bah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
13 − 3 =