Campagne de lutte et de sensibilisation sur les grossesses précoces et non désirée

Un atelier de formation des animateurs sur la prévention des grossesses précoces et non désirées suivi de sensibilisation dans les différents quartiers de Dixinn, s’est ouvert mardi 18 septembre dans la commune de Dixinn.

C’est une initiative de l’Association des Jeunes et Amis Dévoués pour l’Organisation Sociale (AJADOS) en collaboration avec les ministères de la santé, de la jeunesse et de l’action sociale avec le partenariat technique et financier de l’UNFPA.

Durant 2 jours, les participants échangeront avec les spécialistes sur toutes les questions basées sur le genre afin de contribuer à la réduction des grossesses précoces et non désirées au sein de la société. Pour atteindre ses objectifs, l’AJADOS pense qu’il faut obligatoirement passer par la jeunesse qui est la couche la plus exposée face à cette situation. A propos, Mohamed Ben Touré, président de l’AJADOS a ainsi défini clairement cet objectif :

« C’est suite au constat que nous avons fait, à savoir que, pendant les vacances le plus souvent nous assistons à un phénomène, les jeunes filles en majorité tombent enceinte, donc elles contractent des grossesses précoces, très malheureusement, cela embarrasse les familles, alors nous en tant qu’association, on s’est donné pour objectif, de lutter contre les grossesses précoces et non désirées et c’est a travers cela que nous organisons cet atelier de formation des jeunes animateurs sur la prévention des grossesses précoces et non désirées. Pour cette première phase, nous le faisons dans la commune de Dixinn. L’objectif principal est non seulement de lutter contre les grossesses mais aussi de parler aux parents, parce que quelque part si la jeune fille tombe enceinte y a une responsabilité parentale là-dedans ; donc ses jours à venir ces jeunes qui vont recevoir la formation durant ses 2 jours iront sur le terrain dans les 22 quartiers, travaillerons avec leurs pères mais aussi dans les marchés, dans les centres professionnels pour échanger avec les mères sur les possibilités de mettre à l’abri les jeunes filles contre les grossesses précoces et non désirées ».

Il faut dire que cette initiative est saluée par le ministère de la jeunesse car il s’inscrit dans le dynamisme du plan de travail de ce département.

Pour Sény Demba, directeur national adjoint de la jeunesse et des activités sociaux éducatives : « L’activité que nous venons de lancer, est une activité qui s’inscrit dans le cadre de la mise œuvre du Plan de Travail Annuel (PTA) qui lie le ministère à l’UNFPA, le partenaire technique et financier qui nous accompagne sur ce programme et, c’est un programme qui s’inscrit dans le cadre de la promotion de la santé reproductive des adolescents et des jeunes. L’atelier proprement dit, vise à former les participants qui sont des animateurs et des pères éducateurs, dans le cadre de la sensibilisation des mères de famille, des pères de famille mais aussi des jeunes filles à lutter contre des grossesses précoces non désirées, donc c’est un programme qui résulte d’une initiative que nous avons pris dans le cadre de l’implication des jeunes eux-mêmes dans la lutte contre ce phénomène qui est un phénomène compromettant pour l’épanouissement des jeunes filles. Ainsi pour mieux lutter contre ce phénomène, le ministère a estimé que l’implication des jeunes est une bonne chose puisque, là, c’est le jeune qui va parler aux jeunes mais c’est le jeune aussi qui va sensibiliser sa mère son père par rapport à cette situation » a conclu Sény Demba, directeur national adjoint de la jeunesse et des activités sociaux éducatives.

Aboubacar Ben Soumah  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
8 + 28 =