Angola: la justice gèle les avoirs de la fille de l’ancien président dos Santos

Les comptes bancaires et actions de la fille et du gendre de l’ancien président José Eduardo dos Santos ont été gelés provisoirement par le tribunal provincial de Luanda.

Isabel dos Santos et son mari Sindika Dokolo, actionnaires dans plusieurs banques et holdings, sont accusés d’avoir acheté des actions avec l’argent de la compagnie pétrolière publique Sonangol. La fille aînée de l’ancien président angolais, présentée comme la femme la plus riche d’Afrique, était la PDG de l’entreprise jusqu’en novembre 2017.

L’activiste anti-corruption Rafael Marques cite par exemple l’achat frauduleux de parts de l’opérateur téléphonique Unitel, ou de la société pétrolière portugaise Galp. Dans le communiqué du procureur de la République, l’Etat angolais se déclare également lésé de plus d’un milliard de dollars. La cause : un prêt contracté avec une garantie souveraine non remboursé.

Un autre homme d’affaires et un de leurs associés, Mario Filipe Moreira Leite da Silva, voit lui aussi ses avoirs bloqués provisoirement par la justice.

Le nouveau président Joao Lourenço, élu en 2017, a fait de la lutte contre la corruption son cheval de bataille. Ce n’est d’ailleurs pas le premier membre de la famille de son prédécesseur José Eduardo dos Santos poursuivi en justice.

Son fils José Filimino Dos Santos, ancien patron du fonds d’investissement souverain angolais, comparait devant le tribunal suprême de Luanda depuis le 9 décembre pour détournement de fonds et blanchiment d’argent.

Avec RFI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
21 + 5 =