Violences lors des manifs : le procureur de Dixinn fait l’état des lieux…

Le parquet général du Tribunal de Première Instance de Dixinn a fait une déclaration le jeudi 15 mars 2018 sur les ondes des antennes d’Etat pour faire l’état des lieux suite aux récents mouvements socio-politiques survenus dans notre pays,  et qui ont engendrés des pertes en vies humaines ainsi que de nombreux  dégâts matériels importants, paralysant ainsi les activités quotidiennes.

A propos, le procureur a affirmé que notre pays est en train de traverser des remous socio-politiques qui ont fortement ébranlés la nation toute entière : « Ces agissements ont entrainé de multiples infractions notamment les vols, les violences et voies de faits, destructions de biens publics et privés, des atteintes à l’intégrité physique, meurtres, assassinats, coups et blessures ».

Dans sa mission régalienne d’assurer  la sécurité des personnes et de leurs biens, L’Etat, à travers  ses structures appropriées, police, gendarmerie, engagé des enquêtes dans le but de rechercher et interpeller les suspects afin de les déférer devant la justice. C’est dans ce cadre que le  procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Dixinn a reçu plusieurs procès-verbaux dressés à la suite d’infractions commises lors des manifestations organisées dans son ressort, au nombre des quels, le RP n°046 du 16 février 2018, affaire contre x pour meurtre de Kalidou Barry, actuellement en cours d’instruction au cabinet du juge Morlaye Soumah. Le RP n°060 du 27 février 2018, affaire contre x pour meurtre de Boubacar Sydi Diallo en cours d’instruction préparatoire au cabinet du juge Sékouba Condé.

L’affaire de meurtre de Boubacar Barry et Mamadou Baïlo Diallo actuellement en cours d’enquête préliminaire à la direction des investigations judiciaires de la gendarmerie nationale PM3. Il est important de rappeler que suivant procès-verbal du 22 février 2018 de la Brigade de recherche de Matam, Boubacar Diallo dit Grénade a été présenté au parquet de Dixinn à la suite d’un mandat d’arrêt décerné contre lui le 20 mai 2016 par un juge d’instruction pour tentative de meurtre, détention illégal d’arme de guerre et port illégal d’uniforme militaire. L’intéressé fait l’objet d’une information judiciaire depuis mai 2016. La pièce à conviction versée au dossier de la procédure notamment les photos ressortent que Boubacar Diallo dit Grénade détenait un arsenal d’armes de tout calibre et des munitions diverses. Les images produites à la procédure montrent l’inculpé tantôt entrain de manier les armes, tantôt en compagnie de personnalités appartenant à une formation politique de la place et à une institution constitutionnelle.

Par ailleurs, il faut noter que le 19 mai 2016, à la suite de la tentative de meurtre sur la personne d’un gendarme, Boubacar Diallo dit Grénade avait été grièvement blessé. Après avoir reçu les premiers soins dans une clinique en Guinée, il est parvenu à quitter le pays par l’aide et l’assistance de certaines personnes de sa formation politique. Revenu en Guinée, sous une nouvelle identité, Boubacar Diallo dit Grénade a été interpellé et déféré devant notre parquet. Il a été présenté au juge d’instruction en charge de la procédure qui l’a régulièrement placé sous mandat de dépôt le 02 mars 2018.

Il ressort que Boubacar Diallo dit Grénade reconnait qu’au cours des manifestations, certains individus ont disposé des projectiles et des armes à feu comme les PMAK et l’ont, à ces occasions utilisé contre la foule faisant des victimes aussi bien parmi les manifestants que dans les rangs des forces de l’ordre. Plusieurs autres déclarations ont été faites par Boubacar Diallo dit « Grénade » qui ne peuvent actuellement être l’objet de révélation par respect pour le secret de l’instruction. Il est à regretter qu’un individu comme Boubacar Diallo,  « Grénade » puisse avoir des relations aussi étroites avec des personnalités comme le montrent les pièces à convictions produites à la procédure. Le procureur de la république près le Tribunal de Première Instance de Dixinn tient à rassurer l’opinion nationale que toutes les personnes impliquées de prêt ou de loin dans cette affaire seront poursuivies et jugées conformément à la loi.

                                                                                                 Aboubacar Ben Soumah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
10 − 7 =