Transition : Idrissa Chérif souhaite que la durée soit consensuelle

Face à la presse dans sa résidence à Matoto ce 02 octobre 2021 date de la fête anniversaire de la souveraineté nationale que le président du parti de l’Union pour le Changement de Guinée, Idrissa Chérif a abordé plusieurs sujets en relation avec la situation sociopolitique de la Guinée.

Ainsi abordant la question sur l’immixtion dans la vie de la Nation par les militaires, une nouvelle transition en Guinée après la
chute d’Alpha Condé, il a tenu à apporter sa part de propositions.

Sur la question de la durée de la transition du CNRD, le président de l’UGC affirme
qu’il a fait partie des premières personnes à avoir pris acte du changement «Depuis Abidjan où je réside, j’ai fait une déclaration dans laquelle j’ai dis que le délai se doit d’être fixé de manière consensuelle compte tenu du nombre de tâches qu’il va falloir accomplir.

A savoir la dotation du pays de tous les instruments légaux pour nous permettre
de décoller institutionnellement mais aussi socio politiquement. On ne doit donc
pas choisir une date à la va vite parce que ça doit suivre un processus qui va per
mettre à la Guinée d’avoir des élections fiables qui ne seront contredits d’aucune
manière» a-t-il rassuré.

Par ailleurs il attire l’attention du Président Mamady Doumbouya sur les raisons
qui doivent lui pousser à ne pas bâcler la transition. Concernant, il dit penser
que si le colonel veut le faire en six mois, un an ou deux ans, tout ne pourra pas être
fait et au risque de créer encore d’autres crises qui seraient moins avantageuses.

«Il faut donc permettre à toutes les composantes sociales de tabler sur le sujet pour l’évaluer et trouver la date convenable pour une transition réussie. Ça c’est du ressort de tous les Guinéens et non pas d’un pays étranger ou encore moins d’une organisation internationale quelle qu’elle soit», dit-il en surcroit.

Du fait de n’avoir pas pris part aux élections depuis sa création de son parti, M. Idrissa Chérif affirme que, « C’est parce qu’on s’est dit qu’on n’était pas en ce
moment totalement prêts pour une compétition dans les urnes. Mais chaque fois on a mentionné notre présence pour qu’à notre sortie nous soyons un parti imposant sur la scène politique du pays».

Rappelons que, créé en 2012, l’Union pour le Changement de Guinée, (UCG)
est un parti socio-libérale qui a apporté son soutien à plusieurs de ses pairs lors des précédentes échéances électorales. No
tamment en alliance électorale avec le RPG arc en ciel pendant la présidentielle de
2020 après l’adoption d’une nouvelle constitution.

Amadou Bayo Kanté

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
26 − 8 =