Tenue à Conakry, la 2ème session plénière de l’INIDH

L’Institution Nationale Indépendante  des Droits de Homme (INIDH) a tenu sa deuxième session plénière  le vendredi 7 septembre 2018 au palais du peuple de Conakry. Cette session consiste à évaluer le monitoring des prisons et à  l’élection d’un nouveau  rapporteur général de ladite institution.

A cet effet, cette rencontre a permis aux commissaires de l’INIDH d’évoquer la situation des prisons en Guinée. Ainsi, le président de l’INDIH, Alia Diaby, estime qu’il y’a eu beaucoup de rumeurs sur l’état critique des prisons, où les détenus vivraient dans des conditions très déplorables.

« On a raconté trop de choses sur les prisons, qu’elles sont remplies de personnes malades,  des prisonniers mal nourris ainsi que les droits des femmes et enfants ne sont pas  respectés », a-t-il affirmé.

C’est à cet effet, que M. Diaby annoncera qu’à partir de la semaine prochaine, l’INIDH dépoilera ses commissaires sur le terrain pour le constat des lieux d’incarcération à travers le pays.

Le président de cette institution admet que l’INIDH doit faire le diagnostic portant sur les prisons. Cela pour mieux élaborer le rapport de 2018 qui  doit tenir compte de toutes les violations des droits de l’homme.

« Nous voulons que dans notre rapport de 2018, qu’il ait un élément important sur les prisons et des informations qui peuvent être utilisées sur le plan international », a indiqué le premier responsable de l’INIDH.

Pour clore son intervention, le président de ladite institution souligne que les violences dans les lieux de détention sont des violences horizontales.

C’est à l’issue du monitoring que les 22 commissaires présents à cette session ont élu par acclamation, Mariama Ciré Keita comme nouvelle rapporteur de l’INIDH.

Très satisfaite de la confiance accordée par ses paires, elle promet de travailler d’arrache-pied pour répondre dignement aux exigences de ce poste incontournable pour le bon fonctionnement de l’institution.

Au micro de notre reporter, Mariama Ciré Keita livre ses sentiments : « c’est une fierté pour moi, parce que je vais rendre service à l’institution et  à ma nation en occupant ce poste, je compte donner le maximum de moi-même et à la satisfaction de tout le monde avec mes connaissances rudimentaires en la matière », a-t-elle-renchéri.

A noter que Mariama Ciré Keita a été la seule candidate à ce poste qui était vacant depuis un certain moment.

Bah et Ibrahima et Aye Condé 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
25 − 7 =