Taxi-motos à Conakry : un espoir pour les jeunes diplômés sans emploi

Le chômage, la galère, le désespoir, le manque d’emploi sont des réalités dont souffre  la jeunesse guinéenne. Pour réduire donc ce fléau, certains jeunes diplômés sans emploi décident de pratiquer des activités contrairement à leur formation professionnelle.

C’est le cas de Mamadou Saliou Diallo, diplômé en philosophie à l’université de Sonfonia. Ce jeune à l’image  des autres sortants de l’université a cherché en vain des stages de formations. Après un an de démarche et de galère sans suite favorable, a décidé de prendre son destin en main tout en demandant à ses parents de lui trouver une moto et de faire le taxi.

Selon lui, il n’y a plus de temps à perdre, l’essentiel c’est de pratiquer une activité pour avoir de l’argent.

 « Après mes études, j’ai demandé à mes parents de me trouver une possibilité de faire le taxi-moto en attendant un emploi décent car,  avoir de l’emploi en Guinée est un calvaire pour nous les fils des pauvres », s’est-il lamenté.

Parlant du revenu journalier de sa nouvelle activité, Mamadou Saliou Diallo a souligné qu’il gagne cent à cent cinquante mille francs guinéens par jour comme recette.

« À mon âge-là, je n’accepterai pas que mes parents continuent à me nourrir encore »,  a-t-il ajouté.

Pour terminer, Mr Diallo a lancé un appel  aux jeunes diplômés de ne pas rester à la maison sans rien entreprendre.

« L’école est un chemin, battons-nous pour réussir » conclut-il en guise de conseils.

                                                                                                                           Ibra BARRY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
11 × 10 =