Sport : le festival international des sports extrêmes ouvrira ses portes  à Conakry en 2020.

La structure HURRICANE en collaboration avec le ministère des sports étaient face à la presse ce vendredi 21 juin, pour annoncer la tenue du Festival International des Sports Extrême à Conakry.

Le Festival International des Sports Extrême (FISE) a pris naissance en 1997, et a su se classer comme «  le plus gros évènement du sport extrême au monde ».

Pour cette Edition, les athlètes vont concourir dans quatre disciplines, à savoir :   le BMX freestyle, le BMX flat land (BMX avec la danse), le Breakdance et le roller. Dans les catégories pros, et amateurs, en séries homme et femme.

Pour le vice-président, Directeur des partenariats public et privés du FISE, Matak Clavier « Chaque athlète va gagner des points dans chaque pays, pour pouvoir être à la fin de l’année, être vainqueur de la coupe du monde officielle, de BMX, vainqueur de la coupe du monde officielle de roller freestyle. Et toutes ces compétitions, sont sanctionnées par les plus hautes instances internationales… »

Avant d’ajouter « C’est le plus gros évènement de sports extrêmes au monde. Et on peut le dire en vue de l’affluence de spectateurs, il y a 612 000 spectateurs qui viennent à Montpellier chaque année pour assister à cet évènement (…) Pour le développement de ce sport, nous avons donc en 2014, décidé de créer la toute première FISE world séries, qui est une tournée mondiale, qui a des staffs dans plusieurs pays ».

Sur la question de savoir pourquoi le choix sur la Guinée, Matak Clavier précise  « J’ai eu la chance de rencontrer Djibril Bangoura, qui est porteur du projet pour la Guinée. Qui était à Montpellier, qui a vu le festival et qui a dit qu’en Afrique de l’Ouest, il faut que cela se passe à Conakry. Il faut que nous soyons les premiers. Et du coup, nous avons présenté ce projet aux différents ministères, notamment, le ministère du sport et l’engouement a été instantané. Donc, c’est l’opportunité de rencontrer un guinéen en France, qui nous a permis d’être là et l’engouement de tous les ministères ici présents, qui nous permet de croire en ce projet. »

Le représentant du ministère des sports a cette conférence, Kabassan Keita  a fait savoir que son département recherche d’abords l’accord du gouvernement pour ladite organisation « Au niveau du département, nous sommes très ravis d’avoir cette compétition en Guinée. Mais nous recherchons d’abords l’accord du gouvernement pour qu’on puisse organiser une telle compétition. Vous savez, cela va mobiliser des milliers d’étrangers, donc sur le plan sécuritaire, il y a du travail à faire. Sur le plan organisationnel. C’est pourquoi vous voyez nos collègues des différents départements qui vont nous appuyer dans ce sens. Et notre objectif, c’est réussir 2020 ».

Pour terminer Kabassan Keita dira que « FISE actuellement passe dans 4 ou 5 villes au monde, et aucune ville africaine. Donc si Conakry est élu première ville pour recevoir un tel évènement, c’est vraiment un plus pour le sport national. Donc vivement pour le FISE 2020 à Conakry. Notre département travaille et nous allons dans les prochains jours communiqués en conseil interministériel pour qu’on puisse avoir l’accord du gouvernement et mettre sur pieds le comité d’organisation du FISE 2020 à Conakry. »

A rappeler que la Guinée sera en 2020, le premier pays en Afrique à accueillir ce festival international qui est à sa 23 année et va accueillir les plus grands athlètes de sports extrêmes dans la capitale guinéenne.

Aye conde

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
20 × 29 =