Justice/Affaire détournement de 200 milliards GNF : le procès renvoyé au 11 janvier prochain

Comme annoncé hier après son report, le procès consécutif à la plainte de la ministre de l’Enseignement Technique et de la Formation Frofessionnelle, Zenab Dramé contre les journalistes (Ibrahima Sory Traoré de Guinee7, Youssouf Boundou Sylla de Guineenews et Moussa Moise Sylla de l’Inquisiteur) s’est poursuivi le mercredi 23 décembre au TPI de Kaloum, à Conakry.

 

A l’ouverture de l’audience, les débats  entre les avocats des deux parties ont été très houleux sur la fixation du montant de la consignation. Mais aussi, à trancher sur les questions soulevées lors de la dernière audience. Finalement, l’affaire a été renvoyée au 11 janvier prochain ; ce qui va permettre au tribunal de se prononce sur les demandes opposées par le procureur notamment l’irrecevabilité ou le sursis à statuer.

 

Me Salifou Béavogui Béavogui avocat des journalistes prenant la parole à rappeler : « qu’à l’audience précédente, le 16 décembre dernier, cette affaire avait été mise en délibéré afin que la décision soit rendue sur l’irrecevabilité. Donc ce matin on s’attendait à cette décision. Mais finalement, le tribunal à rabattu le délibéré, ordonné la réouverture des débats avec la présence de nos confrères d’en face, … »

 

De son côté, Me Valentin Mansaré, avocat de la partie civile a avancé :  » … En principe la première audience dans une procédure de citation directe porte sur la fixation de la caution.  Aucune partie ne doit être reçue pour n’importe quel débat si la caution n’est pas encore fixée en application de l’article 460 du code de procédure pénale. Donc, le procureur ne devrait pas prendre la parole. Pour qu’il puisse prendre la parole, il faut que la caution soit consignée d’abord au greffe. Aucun débat n’était autorisé aujourd’hui si la caution n’est pas encore discutée et versée au greffe ».

Namory T

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
1 × 11 =