Guinée : qui  est Mohamed Lamine Fofana, le nouveau ministre de la justice par intérim ?

Si depuis sa nomination  le 27 mai dernier, bon nombre de guinéens n’avait pas assez d’informations sur le tout nouveau ministre par intérim de la justice, le Secrétaire Général du gouvernement, Sékou Kourouma a tenu à faire le parcours de ce nouveau promu au cours de la cérémonie de sa prise de fonction le jeudi 30 mai au sein même du département de la justice.

Lisez !

 Né en 1949 à Kouroussa, Mohamed Lamine Fofana a étudié  dans les écoles primaires et secondaires de Kouroussa et Kankan avec son brevet d’étude. Ensuite,  il a poursuivi ses activités dans la recherche agricole à Kankan et à Kindia. Mohamed Lamine Fofana partira  par la suite pour le Sénégal en 1964 pour continuer ses études supérieures,  mais auparavant,  il fut membre  fondateur de la   jeunesse du rassemblement démocratique Africaine  (JRDA) dont il animera les activités dans les fédérations du PDG de Kankan et de Kindia. Capacitaire en droit, il rentre à la faculté de droit et  de science et de l’économique  de Dakar et sort avec une maitrise en option droit judiciaire (1973).

Apres deux ans de spécialisation à l’école nationale d’Administration et de Magistrature, Mohamed Lamine Fofana obtient  son brevet en magistrature en 1975 à Dakar. Il a effectué plusieurs stages complémentaires au Canada et en France, pour les études sur le système judiciaire. En plus de ses exploits académiques, M. Fofana fait figure d’un parcours professionnel remarquable.

De 1975 à 1982,  il a été substitue de procureur de Kaoulac (Sénégal) puis procureur de la République 6 mois plus tard près du même tribunal de Kaoulac.

De 1982 à 1986,  il fut Directeur des affaires criminelles  et de grâce ainsi que Directeur par intérim des affaires civiles au ministère de la justice du Sénégal.

De 1986 à 1990,  il a été Directeur des affaires criminelles,  ensuite Inspecteur Général des services judiciaires de 1990 à 1996. C’est à partir de 1996 que Mohamed Lamine Fofana sera détaché  au ministère de l’intérieur dont il occupera plusieurs postes de responsabilité dont entre autres, Coordinateur national de la lutte contre la drogue du comité interministériel de lutte contre la drogue. Il créera à cet effet un office central anti-drogue et un code des drogues le 16 décembre 1999,  à la création du groupe inter gouvernemental d’action contre le blanchissement d’argent en Afrique de l’Ouest ( GIABA), dont à la création de ce groupe inter gouvernemental lors de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement , il fut nommé premier Secrétaire Exécutif de cet organe .

 En 2004,  il a été membre fondateur de la mise en place de la cellule nationale de traitement des informations financières (CNTIF). Son parcours professionnel a été rimé par sa contribution à travers des œuvres littéraires dont nous pouvons citer les intitulées : « la police  et le citoyen’’, ‘’l’universalité des droits de l’homme et son impact en Afrique’’ ‘la lutte contre le blanchiment, capitaux en Afrique de l’Ouest etc… ».

Il bénéficiera de plusieurs distinctions honorifiques dont officier de l’ordre national du mérite du Sénégal en 1993, officier de l’ordre national français en 1995. Il est appelé en 2012, par le président de la République Alpha Condé dans le cadre de la réforme du secteur de justice et de la mise en place des institutions républicaines. En 2013,  il fut nommé conseiller  à la présidence de la république. A cet titre et rang, il initiera  la mise en place des lois  054, 055 respectivement sur le conseil supérieur de la magistrature et le statut des magistrats  d’où le début  de la réforme en Guinée.

 En 2014, il procèdera à la réforme et à la mise en place du comité national de pilotage pour la réforme de la justice.

 En 2015,  il est nommé par décret par le président de la République comme ministre conseiller à la présidence chargé des relations avec les institutions républicaines,  et depuis  ce 27 mai 2019, il est le ministre de la justice par intérim cumulativement avec ses fonctions de ministre conseiller à la présidence chargé des relations avec les institutions républicaines .

Sékou Kourouma rappelle que l’homme a été formateur de l’école nationale de police, de la gendarmerie, des assistants sociaux et de l’école nationale d’Administration et de Magistrature de Dakar.

                                                        Propos recueillis par Aye Condé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
6 + 4 =