Guinée : à quoi rime la ritournelle des grèves dans le pays ? 

Quand on observe la marche du pays, on constate une fréquence inouïe des  grèves qui impacte négativement sur son  développement économique et social. Il est vrai que cette grève est un droit constitutionnel mais, il est aussi important de savoir qu’elle ne doit pas être déclarée n’importe comment et n’importe quand. Ce qui est fréquent c’est la manipulation des innocentes populations  qui sont entrainées dans un mouvement dont elles ignorent les tenants et les aboutissants.

Quand le syndicat s’engage dans une logique de grève, on se demande réellement  quel rôle jouent  souvent ces syndicats. Revendiquent-ils réellement pour satisfaire aux soucis des travailleurs ou tout simplement inciter les populations à la haine et au mépris de l’Etat. Aujourd’hui on se lance dans une grève pour dit-on contre la hausse du prix du carburant à la pompe. Mais si ce n’est pas une mauvaise foi, tout le monde connait l’effort déployé par le gouvernement pour soulager les populations. Depuis combien d’années il se saigne dans la subvention des denrées de premières nécessités dont le pétrole.

Pourquoi le syndicat n’a pas loué les efforts du gouvernement pour soulager le peuple. La Guinée n’est pas un producteur de pétrole, elle se ravitaille à travers le marché mondial. Elle n’a aucun ascendant sur les prix du baril qui subissent de fréquentes fluctuations liées aux caprices du marché et de l’humeur des pays producteurs. La subvention souvent faite pour le carburant pouvait servir à d’autres actions avantageuses pour le peuple.

Pour inciter les populations à récriminer les actions de l’Etat et à le mépriser, les syndicalistes parlent de mauvaise gouvernance. Pour  eux cette subvention ne doit pas s’arrêter parce qu’il ya des recettes minières qui profitent aussi au pays. on se demande si le syndicat est un syndicat de développement ou simplement celui de la contestation. Tout le monde connait la nocivité des grèves dans le pays, aucun syndicat ne procède à la sensibilisation de ses membres. La grève est pour des hommes mal intentionnés une occasion de mettre en œuvre leur dessein de déstabilisation du pouvoir.

Les prix ont changé surtout le transport que les populations ressentent de plein fouet. On dit même que le gouvernement ne veut rien faire pour les prix surtout pour réguler les tarifs. Si la mémoire des hommes n’était pas courte, si réellement les syndicalistes sont des patriotes, ils auraient la probité morale de dire que le protocole signé avec le syndicat autour des tarifs de transport n’a pas été respecté par les transporteurs. Pour preuve les populations savent que le tarif fixé par tronçon était de 1200fg. Durant plus de cinq ans les transporteurs ont fait payé par les  populations ce manque leur manque à gagner.

Mais cette population doit savoir que l’on a abusé d’elle, il ne faut qu’elle soit ébranlée par ce problème de 2000 fg. Elle doit comprendre que par patriotisme et par souci de participer au développement national, qu’elle refuse de se laisser divertir par les syndicalistes et la société civile. Pour les actions d’intérêt national la société civile et le syndicat doivent avoir le souci de la défense de la paix et de la quiétude sociale. Mais ce n’est pas une bonne chose de les voir charger le pouvoir pour soulever contre lui le courroux des populations.

Que les populations sachent que ceux qui les incitent aujourd’hui à la désobéissance sociale, à la haine et au mépris de l’Etat et de ses institutions sont leurs ennemis potentiels. Le pays regorge d’assez d’exemples pour mettre en évidence l’hypocrisie avérée de ces genres d’homme. ils ne vous feront jamais profiter des dividendes qu’ils tireront e cette incitation. Ce ne sont que leur famille restreinte qui bénéficiera de ces avantages. Ils vous laisseront en face de vos misères, comme une lueur de torche, ces syndicalistes vous éclairent le chemin de la dérive et vous laisse mourir de froid.

Il faut penser à la patrie et tirer des leçons des grèves menées dans ce pays et qui ont eu de fâcheuses conséquences pour les populations. Le cas de Fria est évocateur, donc il appartient à tous de comprendre la réalité et d’agir dans le sens de l’honneur et pour l’amour de la patrie. Combien d’innocents vont souffrir par la faute des grèves absurdes et injustifiées. Il faut que vous sachiez également que les tarifs fixés par les transporteurs, c’est de connivence avec les syndicats des transporteurs car, ils sont tous propriétaire de véhicules de transport. Subtilement ils défendent leurs intérêts et non celui des populations.

Quand on dit c’est ici que j’ai cogné ma tête cela se comprend mais, dire c’est ici que l’on cogne sa tête est une niaiserie, dit un dicton de la basse côte !

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
9 + 25 =