Grève du SLECG : les enseignants ont-ils le droit de réclamer un salaire sans travailler ?

Depuis le début de l’année scolaire en Guinée, les cours sont perturbés à cause de la grève des enseignants qui réclament la fixation de leurs salaires de base à 8 millions de francs guinéens sans pour autant renoncer des négociations sur ce salaire de base.

Face à cette situation, le gouvernement de Kassory Fofana, a pris quant à lui, la décision de geler le salaire des grévistes. Ces derniers très choqués par cette décision exigent leur salaire du mois d’octobre. Alors la question qui taraude l’esprit est de savoir, si ces enseignants ont vraiment le droit de réclamer un salaire sans le travail fourni ?

En effet, sans une prise de position, on se base juste sur l’article 431.8 du code de travail qui stipule que : ‘’la grève suspend le contrat de travail. L’Employeur est dispensé de verser au travailleur sa rémunération correspondant à sa période de grève’’.

Il est alors évident qu’un gréviste a le droit d’aller en grève mais, il ne doit pas non plus exiger un salaire qu’il n’a pas travaillé. Sur ce, il est à signaler que les camarades doivent avoir la maitrise de ce code qui reconnait leur droit de grever.

Pour rappel, ces enseignants grévistes ont été remplacés par des contractuels, mais malgré cela, les cours sont toujours perturbés, car beaucoup de parents ont peur de laisser leurs enfants aller à l’école sans qu’il y ait entente entre grévistes et gouvernement afin que les cours reprennent normalement sur toute l’étendue du territoire national.

En outre, comme ça toujours été le cas en Guinée, le mieux pour le peuple est de trouver une solution à l’amiable entre les protagonistes de cette grève, car c’est l’avenir des futur cadres du pays qui est mis en jeu.

Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
19 + 6 =