Grève des enseignants : le Lycée Kipé a répondu à l’appel

Le mot d’ordre de grève lancé par le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG), d’Aboubacar Soumah a été fortement suivi ce lundi 12 février 2012 au Lycée Kipé,  dans la commune de Ratoma.

Selon notre constat sur le terrain, les enseignants de cet établissement ont boudé les cours, les élèves, abandonnés à eux-mêmes dans l’enceinte de la cour de l’école.

Interrogée par notre rédaction, une élève nous a laissé entendre leur désolation et leur déception face au gouvernement guinéen. Elle a affirmé que depuis le mois de novembre 2017, l’Etat a été incapable de négocier avec le Secrétaire Général du SLECG,  Aboubacar Soumah.

« Discuter avec lui et trouver une solution pour enfin nous offrir un environnement calme et  apaisé pour bien étudier. Voilà maintenant, nous, nous sommes là, aucun de nos professeurs n’est venu. Nos parents n’ont pas les moyens pour nous envoyer étudier dans les écoles privées comme d’autres le font. Notre avenir est en train d’être gâté comme ça par la mauvaise foi des cadres de l’éducation », a-t-elle déploré.

De son côté,  Alpha Saliou Sow, un autre élève du même Lycée a rappelé que l’éducation étant le socle de tout développement, invite le gouvernement à user de tous ses moyens pour négocier avec l’équipe d’Aboubacar Soumah.

« On demande au  gouvernement de nous aider afin qu’une solution soit trouvée à cette crise qui recommence encore», plaide cet élève.

Ce mot d’ordre de grève du SLECG, version Aboubacar Soumah  paralyse une nouvelle fois le secteur éducatif du pays. La plupart des établissements scolaires ont bel et bien répondu à l’appel du syndicaliste Soumah.

                                                                                                                  Ibra BARRY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
7 + 5 =