Côte d’Ivoire : les auteurs de discours de la haine seront dénoncés par les médias

Un adage populaire affirme « qu’il vaut mieux prévenir que guérir ».C’est sur la base de ce dicton que Medias Fondation for West Africa (MFWA) et l’Observatoire de la liberté de la presse, l’éthique et la déontologie (OLPED) ont organisé un forum au siège de l’AIP au Plateau le mercredi 2 septembre 2020. En vue de sensibiliser les partis politiques à éviter les insultes, les injures, les discours de haine au cours des campagnes électorales de la présidentielle d’octobre 2020.

Ce forum, aux dires du président du Comité de direction de l’OLPED Zio Moussa, est le point de départ d’une série de manifestations visant à inviter tous ceux qui vont battre les campagnes à tenir des propos qui apaisent.

Au nom de l’Autorité nationale de la presse (ANP),dont il est le premier responsable, Samba Koné s’’est réjoui de la tenue dudit forum.

Il a émis le vœu que les recommandations qui vont sanctionner cette rencontre, soient mises en pratique. En rappelant qu’un projet de ce genre organisé à l’occasion de la présidentielle de 2010, s’est soldé par un échec à cause du non-respect des engagements pris par les formations politiques.

Le projet du forum selon Lucien Houedanou, consultant, est basé sur un projet similaire qui a donné de bons résultats au Ghana, après les élections organisées depuis 1992.

Dénommé ‘’name and shame’’ qui signifie ‘’nommer et dénoncer’’ en français, il consiste à dénoncer en publiant par voie médiatique, les personnes qui ont tenu des propos violents et inappropriés au cours des élections. Ceci a permis de réduire la violence au cours des élections au Ghana.

Le consultant a indiqué qu’un guide de communication électorale sera élaboré au terme du forum. Le premier objectif de ce guide est celui d’aider à la sensibilisation et le second sert « d’appui au plaidoyer. Il offre un moyen de soutenir la campagne pour une culture de communication politique apaisée et axée sur les enjeux », affirme Lucien Houedanou.

Le guide contiendra, entre autres, des recommandations aux professionnels des médias, aux organes de régulation et d’auto-régulation, aux candidats et membres de partis politiques. Puis aux électeurs et citoyens.

Il est important de savoir aussi, qu’un monitoring du contenu des médias ivoiriens au cours des campagnes sera rédigé. Il prendra en compte 10 radios privées commerciales et non commerciales.

Avec Lebanco.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
8 + 25 =