Coopération guinéo-suisse : l’Aéroport de Conakry-Gbéssia bénéficie de nouveaux appareils

L’Aéroport International de Conakry Gbessia vient d’être équipé par des nouveaux appareils d’analyse, de contrôle de l’authenticité de tous les documents de voyages des passagers entrants et sortants.

De nombreux faussaires parvenaient à passé de l’aéroport de Conakry avec de faux documents, au détriment des services de sécurité. Ce laboratoire d’analyse et de détection de faux documents répond à cette préoccupation, ainsi tous les documents de voyage entrant et sortant sont désormais vérifiés à travers ses différentes machines ultra électroniques, c’est un appui de la coopération Suisse.

« Aujourd’hui cela va prouver aux guinéens qu’à l’aéroport de Conakry il y a un véritable changement, car ce qui sont loin de l’aéroport de Conakry répandent des fausses rimeurs aux gens selon lesquelles il y a des pressions que la police, la gendarmerie, la douane mènent sur les passagers. Aujourd’hui, nous avons un moyen qui nous permettra désormais de décrypter les faux passeports, les faux billets, cela veut dire que tout ceux qui ont l’ambition de traversé l’aéroport de Conakry doivent être là avec de bon papiers, avoir de la bonne monnaie en mains ; si tu es arrêté, tu ne peux pas dire dehors qu’on ma brigandé, qu’on voulait juste me retirer mon argent parce que les preuves sont là » dit Sekou Nai Diarra, directeur général de SOGEAG.

Avec cette nouvelle procédure, tous les documents de voyage notamment les passeports sont scannés pour différencier les faux du vrai. La nouvelle technologie devra permettre aux agents de sécurité de l’aéroport de barrer la route aux faussaires.

« Les personnes qui voyagent détiennent les documents de voyage en mains, et quand ces personnes là se présentent devant nous, nous les confrontons avec les documents d’un procès, nous avons ce qu’on appelle le triangle de la reconnaissance faciale, sur ça nous avons 6 zones, pour comparer la personne physique qui est devant nous et le document que nous avons, nous faisons le rapprochement des oreilles, de la zone des yeux, du nez, de la bouche, les lèvres, de la forme du visage, les cicatrices que la personne peut avoir sur son visage »  à dit Naby Traoré, chef du centre.

A noter que cet appui de la coopération Suisse, s’inscrit dans le cadre du programme d’appui à la réforme du secteur de sécurité, il va grandement contribuer à la modernisation du mode de travail de la police guinéenne.

                                                                         Aboubacar Ben Soumah

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
30 ⁄ 15 =