Conakry : le ministre de la Communication, préside l’installation du nouveau bureau du syndicat de la presse privée

Le ministre de l’Information et de la Communication, Amara Somparé, a présidé ce mercredi à Conakry, la cérémonie de l’installation du nouveau bureau du Syndicat de la Presse Privée de Guinée (SPPG). Cet évènement des hommes de médias, a été marqué aussi par la présence de la Haute Autorité de Régulation (HAC), de l’Union de la Presse Francophone section-guinéenne et d’autres corporations de la presse, ainsi que le Central National des Travailleurs de Guinée (CNTG).

En effet, dans son intervention de circonstance, le ministre de la Communication souhaite que la SPPG puisse s’investir davantage pour la formation des journalistes. Mais pour cela, il a suggéré aux journalistes, d’adhérer à cette association pour bénéficier de ces avantages. C’est dans ce cadre qu’Amara Somparé a rappelé qu’il a d’ailleurs commencé à insérer des journalistes de la presse privée pour des formations en Chine.

Poursuivant son allocution, M. Somparé, a insisté sur le professionnalisme des journalistes dans le traitement de l’information. C’est pourquoi, à l’heure où le tissu social est fragilisé en Guinée, il a lancé un appel à la presse, considérée comme le quatrième pouvoir, de favoriser le dialogue pour éviter un éventuel conflit dans le pays.

En outre, il a rappelé aux syndicalistes de la presse privée que c’est par le dialogue qu’ils peuvent s’entendre avec leur patrons pour l’amélioration des conditions de vie et de travail.

C’est dans ce même ordre d’idée que le Secrétaire Général de la SPPG, Sidy Diallo, a assuré que sa structure, ne mènera aucun effort pour défendre ses confrères. C’est ainsi, à son tour, il a attiré l’attention des journalistes, d’adhérer à la structure.

Dans son discours, M. Diallo a évoqué les objectifs du nouveau bureau qui sont entre autres : la lutte pour l’adoption de la convention de la presse privée ; la poursuite du dossier des journalistes disparus ou victimes des violences ; organiser des formations pour les journalistes et mettre en place une journée de la presse.

Plus loin, le syndicat promet que durant ses 3 ans de mandats, le SPPG sera au service des journalistes qui seront dans des situations difficiles avec leurs patrons. Sur ce il compte sur l’implication du gouvernement.

Pour sa part, le représentant de la HAC, Mory Fofana, a encouragé les membres de ce bureau exécutif, tout en leur signifiant que le plus difficile est de faire fonctionner ce bureau.

Il a noté que, M. Fofana, a exhorté aux hommes de médias, d’observer l’éthique et la déontologie du métier, car le journaliste a une responsabilité citoyenne, dit-il.

Bah Ibrahima

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
8 ⁄ 4 =