Conakry : des journalistes violentés par des gendarmes

Ce mardi, 31 octobre 2017, un groupe de journalistes guinéens s’est mobilisé pour aller soutenir leur confrère, Aboubacar Camara, Directeur Général du groupe de presse « Gangan »  détenu au PM3 de Matam, commune du même nom. Il est accusé de diffamation et d’atteinte à la sureté de l’Etat.  Selon les autorités, il serait l’instigateur des rumeurs faisant état de la mort du chef de l’Etat, Alpha Condé.

Arrivés sur les lieux, les manifestants qui ont aussi dénoncé l’injustice dans laquelle leur collègue se trouve, ont été non seulement empêchés d’entrer dans la cour mais aussi, de prendre des photos.

Par finir, un accrochage entre un journaliste et un gendarme a entrainé des heurts. Ainsi, les gendarmes ont commencé à chasser les visiteurs tout en frappant certains d’entre eux à l’aide de leurs ceinturons. D’autres journalistes ont reçu des coups de poing, certains autres terrassés,  y compris les femmes. Pire, ces journalistes ont été pourchassés dans tout le secteur de Matam PM3, jusqu’au niveau de l’autoroute.

Ibrahima Soya Bah, notre reporter sur les lieux

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
25 + 18 =