Ce que le Balai citoyen demande aux forces des l’ordre et aux organisateurs des marches

Le Balai  Citoyen était ce jeudi 22 mars 2018, sur le terrain pour observer le déroulement de la manifestation de l’opposition . Dans une interview accordée à la presse au rond-point de la tannerie son président Sékou Koundouno demande aux unités d’intervention et de la police de faire usage des armes conventionnelles pour des manifestations.

D’abord aux  unités de la   police et de gendarmerie, il les demande «  De faire usages  des armes conventionnelles des boucliers , des matraques , des citernes à eau chaude et nullement ne pas  faire usage des armes automatiques dans le maintient d’ordre afin que nous puissions avoir des manifestations civilisées et qui répondent aux normes internationales. L’État certes est dans un ordre d’idée pour prouver aux organisateurs que s’ils disent qu’au niveau de cet itinéraire qu’ils ne peuvent marcher  , ils peuvent bel et bien les empêcher  de marcher. Mais nous ne sommes pas dans un équilibre de force, nous ne nous inscrivons pas dans ce sens… »

Aux organisateurs de dialoguer, Sékou Koundouno leur demande «  Aux organisateurs aussi de respecter l’autorité de l’État  afin que chacun puisse jouir de ses droits et de ses devoirs pour que nous puissions construire cette  jeune démocratie dont nous rêvons tous ».

Selon lui «  De nos jours la guinée reflétè une image honteuse, il faudrait que chacun de nous puisse jouer sa partition  pour que la Guinée  reflète cette image dont nous recherchons… Cette image est honteuse dans la mesure qu’elle ne reflète pas un État démocratique, elle ne reflète pas un État où il fait un bon de vivre , où l’employabilité est de mise. Quel investisseur vous dira qu’il vient investir en Guinée avec ce climat ? , jamais ».

MY

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
27 × 19 =