Assises de l’UPF: la déontologie journalistique au cœur des débats

La deuxième journée des 46èmes Assises de l’Union Internationale de la Presse Francophone (UPF), ce jeudi 23 novembre à Conakry, a été riche en débats dont le thème central était : « La déontologie journalistique à l’épreuve du web ».

Face au sujet, les professionnels se sont lancés dans des discussions permettant aux participants de maitriser davantage, la déontologie qui reste le meilleur code pour un travail fiable et crédible.

Les conférenciers notamment, Pierre Ganz, journaliste et vice-président de l’ODI France ; Bénoit Grévisse, professeur université catholique de Louvain ; Dania Ebongue, Journaliste blogueur-propriétaire de Yaoundé Café et Souleymane Diallo, PDG du groupe Lynx en Guinée ont également jeté un regard sur l’impact du web sur le journaliste.

D’entrée de jeu, Pierre Ganz a parlé de l’impact du web sur la pratique du journalisme. « L’univers du web pose problème au niveau de la déontologie ». C’est ainsi qu’il a évoqué la pression accrue que le web impose sur les journalistes qui sont obligés de relayer plus vite l’information, sans pour autant prendre le temps de vérifier. Il a signalé par la suite des fautes professionnelles commises par certains, des dérives éthiques et surtout la prolifération du plagiat dans des rédactions.

« Il faut respecter le public, sa sensibilité et faire une preuve de responsabilité », a-t-il, notifié.

C’est dans cette lancée que Souleymane Diallo, Directeur Général du Lynx a évoqué le cas spécifique de la Guinée. Selon lui, les inquiétudes se posent au-delà de la déontologie dans son pays. Il a localisé les insuffisances en trois piliers notamment : la précarité existentielle des médias, des groupes de presse à la base ethnique et les difficultés d’ordre institutionnel.

« Le web est un lance pierre caractérisé par une cadence effrénée qui nous empêche de vérifier la source des informations », a-t-il dit.

Pour sa part, Dania Ebongue, Journaliste Camerounais, a insisté sur l’importance du web dans son pays qui est le deuxième moyen d’accès à l’information devant la radio. Pour lui, la toile est un moyen de toucher une nouvelle cible qui est la jeunesse.

 A cet effet, il préconise d’identifier la crédibilité des acteurs qui publient les informations sur le web, et surtout de réfléchir sur le contenu de ces informations.

Pour le professeur Belge, il a d’abord défini le journalisme et son importance. Face au développement des nouvelles technologies, il admet que les journalistes doivent s’adapter et profiter des opportunités de cette toile tout en respectant l’éthique et la déontologie.

A noter que dans l’après-midi, une autre table ronde a permis de développer  le thème ‘’Information : « les frontières du possible ». Un thème animé Colette Braekman, journaliste-Grand reporter, responsable de l’actualité africaine.

En outre, pendant cette journée, il y a eu aussi la signature d’un protocole d’accord entre Action médias formation/UPF et l’Office National de la Formation Professionnelle et du Perfectionnement ONFPP pour la formation des journalistes guinéennes.

Ibrahima ‘’Soya’’ Bah pour Vision2000Communication

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
36 ⁄ 18 =