Adoption de la loi anti-terroriste : la création d’une brigade et une chambre de jugement spécial annoncée

24 heures avant la clôture de la session des lois 2019, les députés présents à l’Assemblée nationale ont adoptés à l’unanimité le projet loi portant prévention et répression sur le terrorisme en Guinée.  Ce projet de loi est  composé de 55 articles  répartis en 11 chapitres.

Quelques minutes après son adoption, le ministre de la justice par intérim  et  ministre chargé des relations avec  les institutions républicaines, s’est  réjouie de cette adoption, tout en disant  que cette loi vient au moment opportun : « cette loi vient à son heure, parce que la République de Guinée est la seule dans la sous-région qui n’était  pas dotée d’une loi sur le terrorisme. La loi spécifique sur le terrorisme s’impose, parce que dans le code pénal, il n’y a que dix articles  qui sont consacrés, et dans le code de procédure pénale, il n’y a que dix articles. Or, la complexité dans la poursuite du terrorisme est très grande. De la garde-à-vue, à l’ouverture de l’information, au juge d’instruction, au mandat de dépôt et de tout ce qui suit jusqu’au jugement, c’est très compliqué… »

Parlant  les dispositions envisagées, Mohamed Lamine Fofana énumère, entre autres : « la création d’une brigade spéciale de lutte contre le terrorisme comme ailleurs ; la création d’un parquet spécial de poursuite et d’une chambre spéciale du jugement du terrorisme. »

 

Mohamed Y

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
25 + 2 =