SENACIP 2017 : les messages clés du ministre kalifa Gassama Diaby

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le premier ministre, Mamady Youla a officiellement lancé ce mercredi 01 novembre 2017, la deuxième édition de la Semaine Nationale de la Citoyenneté  et de la Paix (SENACIP) sous le thème « le citoyen dans la construction  de la nation ».

La cérémonie de lancement a connu la mobilisation des membres  du gouvernement, des corps diplomatiques et consulaires, du gouverneur de la ville de Conakry, des élus locaux, des étudiants et élèves. Au cours du lancement de cette deuxième édition, le ministre Kalifa Gassama Diaby s’adressant aux citoyens guinéens  a livré des messages forts à leur endroit tout en allant dans le sens de la citoyenneté.

D’entrée de jeu, le ministre Gassama a déclaré haut et fort ceci: «  La Guinée, ce beau pays, elle est belle lorsqu’elle est unie….je suis fier  d’être  de ce pays et d’être de cette nation. Je suis fier de servir ce pays qui est mon pays ».

Poursuivant son allocution de circonstance en présence du  premier ministre, Mamady Youla entouré des membres du gouvernement et plusieurs personnalités, Gassama Diaby  donnera aussi l’objectif  de la SENACIP : « Disons-le nettement, pas de confusion,  l’objectif de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix n’est pas d’inventer le citoyen en une semaine. La finalité de cette initiative est de nous rappeler à tous, à chaque guinéen individuellement , à l’Etat, à tous les partis politiques, à l’ensemble de la société civile, à tous les acteurs de la vie de notre nation de nous rappeler à l’exigence du civisme, à l’impératif de civisme, d’égalité, de liberté et de solidarité. Trop de temps perdu dans ce pays, dans la complaisance en matière de civisme, de respect des lois, des institutions de la République, des droits et des libertés mais aussi des devoirs  et des responsabilités de chaque guinéen».

Ensuite, il  donnera le sens de la nation: «  La nation est une communauté de personnes qui vit ensemble et qui a en partage une conscience nationale, un désir de partager une histoire commune et de bâtir un avenir commun. Construire une nation, c’est assumer notre mémoire historique dans sa partie joyeuse et douloureuse et d’en tirer des leçons pour l’avenir. La nation, c’est aussi une projection dans le futur, un désir d’avenir commun……. ».

Durant une semaine, plusieurs activités de civisme seront organisées à Conakry et à l’intérieur du pays. Pour le ministre,  ces 7 jours devraient être l’occasion pour nous de nous interroger sur ce que nous faisons de cet héritage qui nous a été légué.

“Nous pouvons ce que nous devons faire  de ce pays, la Guinée. Mais aussi de nous rencontrer et de nous parler autour des questions qui nous tienne tous à cœur et qui reviennent sans cesse dans notre quotidien. comment définir une nation, qu’est-ce que sait qu’une nation, qu’est ce qui singularise la situation guinéenne, comment voulons-nous vivre ensemble, comment se définir ou voudrait-on qu’on définisse la nation guinéenne , comment se vit-elle, comment devrait-elle être et pourquoi elle nous est si essentielle, comment les hommes et les femmes qui vivent en Guinée peuvent-ils la rendre si forte, plus digne, plus honorable et plus fiers qu’elle ne l’a jamais été aux yeux du monde? Quel est le rôle du citoyen dans la construction de cette nation guinéenne? quel est le rôle de l’Etat, des partis politiques, de la société civile? Autant de questions  qui font l’objet  de débats d’échanges et d’interrogations au cœur de cette seconde édition », a ajouté M. le ministre.

Pour Gassama Diaby, pour avoir une Nation, “ il nous faut impérativement deux choses non négociables. Il nous faut un Etat qui puisse servir de la façon la plus simple et la plus rigoureuse de son autorité légitime et légale.  Et si nous voulons aussi une nation guinéenne, il nous faut la justice pour tous les guinéens” a t-il conclu.                                                                                                                     Mohamed Y

LAISSER UN COMMENTAIRE

Solve : *
26 + 30 =